CONCOURS DU CERN 2020 : Un faisceau pour les écoles

Pour la 7e année consécutive, le CERN, à Genève, offre aux étudiants de votre âge (16 à 20 ans) de participer à un concours des plus palpitants!

Il s’agit essentiellement de concevoir une expérience à réaliser au CERN, qui nécessiterait un faisceau de protons et des équipements spécialisés de très haute technologie qui serait mis à votre disposition par le complexe d’accélérateurs des particules. Si l’équipe du collège Lionel-Groulx remporte le concours, les étudiants participants irons à Genève, toutes dépenses payées! Ce voyage aura pour but de réaliser en une semaine une expérience scientifique fort intéressante. À noter que des chercheurs spécialisés seront sur les lieux pour vous accompagnerez lors de la réalisation du projet.

Vous voulez vivre la méthode scientifique mise en oeuvre en équipe lors de la conception d’une expérience? Vous voulez avoir une chance d’aller travailler dans l’un des laboratoires les plus sophistiqués au monde? Saisissez votre chance et venez faire partie de l’équipe!

Robert Bernier, enseignant au département de physique du CLG, organise une première réunion pour les gens intéressés à ce concours. Cette réunion aura lieu le mercredi le 29 janvier à 12h00 au local D310. Éventuellement à chaque mercredi, l’équipe du collège se réunira pour discuter et décider de l’expérience qu’elle souhaite soumettre comme projet. À noter que Robert Bernier vous accompagnera tout au long du processus à titre de conseiller. Si vous êtes intéressés à participer, veuillez le contacter!

Pour plus d’informations, consultez le site officiel du CERN.

7 février 2020 : 4 à 7 pour les cégépiens

De quoi est fait l’Univers? Qu’est-ce que la relativité? Qu’est-ce que la nanotechnologie? Comment fonctionne un laser, une cellule solaire? Si ces questions t’intéressent alors les études en physique sont pour toi!

Le département de physique de l’Université de Montréal offre plusieurs programmes d’études. En plus de satisfaire ta soif de connaissance, tu pourras aussi participer, grâce aux nombreux stages d’été, à l’avancée de la science sous la supervision des professeurs du département.

Les présentations dynamiques de ce 4 à 7 te feront connaître les programmes de physique quelques-uns des axes de recherche du département et la richesse de notre vie étudiante. Venez découvrir les raisons qui nous incitent à étudier en physique, et surtout les raisons qui nous poussent à rester.

Date : 7 février
Heure : 16h
Lieu : B-1431 Campus MIL. Le local se situe au rez-de-chaussée, proche de l’atrium (grand escalier en bois).
Réserver avant le 5 février 2020, places limitées
Pour plus d’informations : cliquez ici

Le souper est offert par le département de physique mais vous devez confirmer votre présence à Victor St-Cyr-Robitaille (courriel: victor.st-cyr-robitaille@umontreal.ca).

Concours : Génie civilisé 2020

Université de Sherbrooke – Département de génie civil

Construction de ponts en bâtons de bois

Ce concours, offert aux étudiants de niveau secondaire et collégial, est une compétition où l’on teste la résistance de structures construites en bâtons de bois. Tous les participants courent la chance de gagner un total de 2600$ au niveau secondaire et au niveau collégial. C’est une opportunité unique pour chaque concurrent de démontrer leur ingéniosité et leur créativité tout en s’initiant aux sciences et technologies.

Date limite pour l’inscription : 1 avril 2020
Date du concours : Samedi 18 avril 2020
Lieux : Studio de création de l’Université de Sherbrooke, pavillon C4, à l’arrière de la faculté de génie
Pour plus d’informations : cliquez ici

Journée d’initiation à la recherche en physique

Une activité gratuite pour les étudiants du cégep! Plongez dans le monde fascinant de la recherche en physique! Découvrez les multiples spécialités de l’astrophysique à l’Université de Montréal (galaxies, naines blanches, exoplanètes), visitez virtuellement l’Observatoire du Mont-Mégantic et calculez des trajectoires d’exoplanètes.

Quand : Vendredi 17 janvier 2020
Heure : 8h30 à 17h30
Thème : Astrophysique
Informations et inscription : https://indi.to/JIRP2020

La première image de trou noir dévoilée

C’est un jour qui marquera l’histoire de l’astronomie. Le 10 avril 2019, la première image de trou noir vient d’être publiée.

Il s’agit du trou noir situé au centre de la galaxie Messier 87 (M87), à 50 millions d’années-lumière de la Terre. Sa masse: 6,6 milliards de masses solaires, 1600 fois plus massif que Sagittarius A* (celui qui est au centre de la Voie Lactée)! Il est presque aussi étendu que notre Système solaire.

Si l’existence des trous noirs supermassifs au centre des galaxies était quasiment certaine, nous n’avions encore jamais vu l’horizon des événements, cette frontière immatérielle du trou noir au-delà de laquelle rien ne peut sortir.

Pour lire la suite sur Québec Science, cliquez ici.

Bienvenue

Bienvenue sur le tout nouveau site web du département de physique du collège Lionel-Groulx!

Un grand merci à notre collègue Benoit Laroche pour la photographie de notre boule de plasma comme photo de couverture!

Les ondes gravitationnelles existent!

C’est officiel! Les ondes gravitationnelles ont été détectées, pour la première fois! La rumeur de la découverte courait depuis des mois, et elle vient d’être officialisée dans la revue Physical Review Letters du 11 février 2016.

Finalement, c’est l’équipe des détecteurs LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory), aux États-Unis, qui a observé des ondes produites lorsque deux trous noirs, respectivement 29 et 36 fois plus massifs que le Soleil, ont fusionné il y a 1,3 milliard d’années, en l’espace de 20 millisecondes. Mise à jour septembre 2017 : Une découverte qui a valu à Barry Barish, Rainer Weiss et Kip S. Thorne, responsables de l’expérience LIGO, le prix Nobel de physique 2017.

Cette collision a produit des « vagues » dans l’espace temps, qui ont atteint la Terre il y a 5 mois. C’est la première fois que de telles ondes, infiniment petites, ont pu être observées. Notons que la déformation causée par les ondes en question n’est que de l’ordre de 1/1021, entraînant la planète entière à se contracter d’environ 1/100 000 nanomètre. De quoi mieux « mesurer » l’exploit!

Pour lire la suite dans Québec Science, cliquez ici.